Il n’a pas fini son petit bonhomme de chemin…. Fred Rossi a eu 48 ans
il y a quelques jours et il était toujours aussi petit … mais c’était notre Fredo.

Nous l’avons tous croisé un jour, et c’est ici que nous aimerions parler de lui,
nous souvenir de ses rires, de sa bonne humeur et de son éternelle gentillesse.

Merci de prendre votre plus belle plume et de le raconter
au hasard de vos rencontres, de vos photos, de vos anecdotes…


PHOTOGRAPHIES

Stacks Image 669
Stacks Image 724
Stacks Image 689
Stacks Image 5316
Stacks Image 609
Stacks Image 716
Stacks Image 624
Stacks Image 5320
Stacks Image 2673
Stacks Image 697
Stacks Image 5322
Stacks Image 611
Stacks Image 5318
Stacks Image 5325
Stacks Image 5327
Stacks Image 5330
Stacks Image 5332
Stacks Image 603
Stacks Image 1195
Stacks Image 646
Stacks Image 605
Stacks Image 5338
Stacks Image 5343
Stacks Image 5346
Stacks Image 679
Stacks Image 5349
Stacks Image 5352
Stacks Image 675
Stacks Image 5355
Stacks Image 5358
Stacks Image 5361
Stacks Image 600
Stacks Image 650
Stacks Image 5365
Stacks Image 1785




Stacks Image 708


VIDEOS

Play
00:00
00:00
Play
00:00
00:00






Si vous souhaitez laisser un témoignage
écrit ou photo pouvant apparaitre sur ce site
merci d’utiliser ce mail

penseespourfred@free.fr




PENSÉES POUR FRED


Frédéric,
Celui qu’on surnommait amicalement entre nous Petit Fred était tellement Grand par son cœur, sa sincérité et sa générosité.
Que de rires, de blagues et d’anecdotes nous avons eu ensemble ! Te souviens-tu de « mais dites donc »… ? Te souviens-tu des parties de billard entre potes avec nos coups de génie, lol, ponctuées de fous rires… ? Te souviens-tu des weekends au ski où je « t’apprenais le planté de bâton » et t’emmenais faire des hors-pistes avec Michèle ? Te souviens-tu de nos bouffes à la foire où je t’emmenais en moto ? Te souviens-tu du concert de Jarre sur le port de Monaco ? Te souviens-tu que je te charriais avec le reggae, toi qui avait une culture musicale et cinématographique incroyable ?
Te souviens-tu des longues discussions où tu me faisais la morale, que tu me parlais des valeurs…et moi qui te disait n’exagère pas, soit cool ?
Ah pour cela, tu en avais des valeurs…peut être même trop ! Tu sais on dit toujours que les meilleurs partent les premiers. Je déteste cette phrase, mais quand je te regarde, je me dis qu'elle est tellement vraie.
C’est important de ne pas partir dans la souffrance, le destin a au moins choisi un bon moment pour t’emmener vers un autre monde, un moment où tu étais apaisé, entouré de bonnes personnes qui avaient confiance en toi et en ton travail. Tu prenais tellement ton travail à cœur.
Beaucoup de personnes que nous avons côtoyé ne te prenaient pas au sérieux. Elles avaient tort, tu voulais seulement les faire rire, tu voulais partager. Celles-ci n’ont pas pris la peine de te connaître, tant pis pour elles.
A bientôt « Petit Fred ». On jouera prochainement au billard, on compte sur toi pour être là. Déconne pas sinon on est 3, il va nous en manquer un !!! Tu vois, tu nous manques déjà, il va falloir revenir ! On sait que tu aimes les blagues, mais celle-ci on la supporte beaucoup plus difficilement. Je pense à toi, fais-moi encore rire de là où tu es.
Pascal


Salut Fred,
Tu es malheureusement parti trop vite et ton souvenir restera pour toujours dans ma mémoire. Ton rire et ta bonne humeur vont me manquer. Je me souviens des différentes bouffes chez les uns, chez les autres, nos mariages, plusieurs jours de l'an, etc... Tant de bonnes occasions de se retrouver et partager des instants ensemble. Repose en paix mon Fred.
Stephan Eusebi


Adieu mon Fredo, plus de 40 ans d’amitiés qui sont partis au ciel avec toi. Tu resteras à jamais dans ma mémoire.
Je me rappellerai à jamais les concerts qu’on a fait ensemble à Milan, Paris, Genève et aussi les interminables après midi dans ta chambre ou dans la mienne à se faire écouter nos dernières trouvailles de groupes ou d’album. Et que dire de nos souvenirs de football comme ce jour ou on a gagné un match par forfait de nos adversaires alors qu’on était que toi et moi présent sur le terrain. Ta bonne humeur malgré tes différentes épreuves était toujours de mise et ton sourire très communicatif.
Reposes en paix mon ami et je te promet de faire avec le restant des potes des soirées à ta mémoire afin que ta joie de vivre perdure à travers nos délires futurs. Ton ami de toujours.
Franck


Mon ami,
Tellement des moments vécu ensemble... tellement des matches, des voyages...
Je me rappelle encore de chaque café que tu me préparais à chaque fois que je venais te voir à n'importe quel moment de la journée...
Je me rappelle aussi qu’après chaque repas, on venait tous à ton bureau, petit café, pleins de rires, c'était notre petit rituel a nous, en tout simplicité....des beaux moments vécu ensemble.
Ton sourire, tes yeux bleus qu'il illuminait ton visage, ta gentillesse, ton rire contagieux ...tout ça restera gravé à jamais....
Je suis fière de pouvoir te compter entre mes amies, contente de t'avoir connu, triste de ton départ, mais je suis sûre que tu es là, près de nous.....
Plein des bisous mon cher Fred.
Sonia


Fred,
Samedi tu nous a quitté et nous en sommes très tristes, mais afin d'apaiser cette peine je pense aux bons moments passés ensemble, en particulier notre Noël a Monty où tes éclats de rires et ta joie de vivre nous a fait passer une excellente soirée. Nous avions eu très froid car nous avions décidés de dormir dans les voitures mais ce soir restera un excellent souvenir gravé à tout jamais dans ma mémoire. Ta bonne humeur, ton sourire et ta gentillesse resteront toujours dans nos cœurs.
Repose en paix, Fred.
Véronique


Cher Fred,
Hier, nous t'avons accompagné une dernière fois. Ce 4 novembre 2015 restera pour moi un jour spécial et particulièrement difficile. Je t'ai connu lorsque moi, j'ai rejoint la famille Grane pour partager, un jour de 1992, ma vie avec ma chère et tendre Sandrine. J'ai pu voir à maintes occasions combien ils t'aimaient et tout le bien qu'ils pensaient et qu'ils pensent de toi, cher Fred. J'ai pu aussi ressentir l'amour et l'affection que tu leur portais. Hier, j'ai eu l'honneur, à la demande de Carl et Gilles que je tiens encore à remercier, de te porter avec tes amis proches. J'ai encore pu ressentir la force de leur Amour pour toi et leur immense Tristesse. Des regards, des larmes, des silences mais aussi des sourires provoqués par les anecdotes et les souvenirs. Ils t'aiment mais ça tu le sais.
Moi, je retiendrais 2 souvenirs:
- un soir de 12 juillet 1998 où nous sommes tombés dans les bras l'un de l'autre avec la victoire des bleus...
- la scierie Fage...tu t'en rappelles Fred? J'en suis sur. Nous accompagnons mon beau père. Tu vois de quoi je parle? A sa manière de diriger le chargement des poutres, nous nous demandions si ce n'était pas plutôt la scierie Grane... Nous aimions nous rappeler cette anecdote ensemble et tu refaisais la scène avec brio. Nous aimions aussi le taquiner un peu là dessous, gentiment car bien évidemment nous avions beaucoup de respect et d'amour pour François.
Fred, tu es une bonne personne. Tu es partis. C'est inacceptable, injuste. Je suis triste. Je t'embrasse.
Fabien


Beaucoup de bons souvenirs me reviennent quand je pense à toi Fred et que d'anniversaires souhaités dans les vestiaires avec nos amis. Puisse ton âme repose en paix. Je t'embrasse.
Jeannot


Parti trop vite, parti trop tôt, nous garderons en souvenir de toi tes yeux rieurs, ton sourire mais surtout ta grande gentillesse.
Si aujourd'hui une grande peine a envahie notre coeur et remplie nos yeux de larmes, sache que tu resteras par la pensée. ...NOTRE AMI DE TOUJOURS, pars en paix.
Josette


Depuis l'annonce de ton départ , je me dis que cela n'est pas possible, pas notre Fredo, celui qui faisait parti de notre famille, tellement de moments joyeux ou tristes on a partagés, nos Noëls et toutes ces fêtes. Lorsque je ferai des lasagnes, pizza, flan et calmars farcis , j'aurai une grosse pensée pour toi qui aime tant cela. A Fayet une grosse part de toi est présente, la couverture de la maison, quels souvenirs heureux remplis de rire et de bons moments, souvient toi lorsque tu avais mange avec Jean-François la part de calmars du tonton Paquetine ( le drame ). La soirée chez Sandrine et Fabien pour la coupe du monde 98 ou tu avais attache le pare choc de la voiture de Sabine avec le drapeau bleu, blanc, rouge, suite à son accrochage dans le délire de la victoire, comment oublier cela ! Allez au Louis II maintenant ne sera plus pareil , mais tu seras pas loin , car je crois à l'au delà et tu seras toujours dans nos cœurs. Les épreuves de la vie ne t'avaient pas épargné, mais tu avais toujours le sourire. Tu vois mon Fredo rien n'effacera ton souvenir. Tu as sûrement rejoint les anges, car tu le mérites largement.
Dans nos cœurs à jamais tu resteras.
Marie-Jo


Mon petit Fred tu nous a quitté trop tôt, ta gentillesse, ton sourire, ta gaîté va nous manquer mais resteront gravés pour toujours dans nos mémoires.
Marc Portanelli


Fred, tu es notre ami depuis notre adolescence, tu as partagé nos joies et soirées et on se rappellera de nos fous rires et des hamburgers. Tu es notre maitre de jeu et quelle connaissance de Dragon and Donjon et en anglais, on se rappellera des nuits entières à refaire un monde plus drôle. Tu es la star de foot de nos enfants qui hurlaient ton nom dans les stades, on se rappellera de nos conversations à refaire les matchs et les équipes. Tu nous as fait connaitre un nouveau club corse et Def leppard, on continuera à suivre cette jeune équipe ainsi que nos rêves et passions. On se rappellera de ton rire, ta joie, ton optimisme ainsi que notre dernière soirée chez Ed. Ils doivent déjà bien se marrer la-haut avec toi...
Marcel Djelassi et Sandrine Letierce



Coucou Fred, c'est bien la première fois que tu ne me fais pas rire, je me suis remémoré tes exploits à Calmette et Saint Joseph, les cartons hebdomadaires que nous prenions au foot à 7, les jeux de rôles du vendredi soir...et j'ai du mal à ne pas esquisser un petit sourire. Samedi tu as réussi l'exploit de me faire oublier les all blacks et me rendre supporter d'Ajaccio. N'oublie pas là-haut de faire rire Claude Papi, Marc Vivien Foe et les autres joueurs de ce sport que tu aimais tant, et ne soyez pas trop turbulents avec Franck et Eric de notre 2eme15.
Gros bisous Fred.
Marc Ronchieri



Cher Fred,
Samedi 31 octobre, il est 19h55, Gilles vient de m'apprendre la terrible nouvelle. Je regarde l'entrée des joueurs du Gazelec et de Bordeaux à la télévision puis cette minute de silence magnifiquement respectée par tout le stade et les larmes et un immense chagrin sur le visage de tous. Et ta photo sur l'écran géant du stade, que je reverrai le lendemain au Louis II pour une minute d'applaudissements également très bien respectée et à la quelle j'étais fier de participer et de dire aux gens autour de moi: "C'était mon ami et c'était quelqu'un de bien". Et là quand j'ai vu ta photo j'ai eu envie de prendre mon téléphone et de t'appeler car cela fait tellement de temps que l'on ne s'est pas parlé ou vu mais c'est trop tard et je m'en veux énormément. J'ai eu l'occasion d'échanger avec beaucoup de personnes avec qui tu as travaillé ou que tu côtoyais,depuis samedi soir. Le moins que l'on puisse dire c'est que tu avais conquis tant de gens de part ta gentillesse, ta disponibilité et ton enthousiasme. Et cela me ravi car c'est comme cela que je te connaissais et que je t'appréciais. Depuis tant de souvenirs remontent à la surface, notre amour commun du foot, les matchs, les très nombreuses soirées au Louis II en tant que supporters,les copains, les Mc Do, les soirées foot devant la TV (probablement pour regarder Monaco d'ailleurs) et de franches rigolades. Et cette phrase qui revient en permanence dans la bouche de tous,"C'est injuste". Bien-sûr que c'est terriblement injuste...
La seule chose qui me fait sourire c'est que je suis persuadé que si on t'avait demandé d'écrire le script de ta vie, tu aurais dis que tu voudrais partir en regardant un match ou en étant dans un stade en vivant de ta passion. Tu aurais quand même pu attendre quelques années....
Ciao Fred
Damien Comolli
(Et Cathy, Loic et Ghislaine Augier)



I remember you as a very good friend.
Svetlana



Cher Fred,
Tous les moments que j'ai passé avec toi n'ont été que bonne humeur, joie et rires. Notre passion pour la musique nous a permis de voir de bons concerts ensemble, et je m'en souviendrai à vie. C'est aujourd'hui, et uniquement aujourd'hui que tu me rends triste. Mais de ton vivant tu n'y serais jamais arrivé.
Amicalement
Vincent


Un petit mot pour rendre hommage à Fred parti trop tôt.
Je ne le connaissais pas autant que certains, ne le cotoyant que lors de parties de pétanques mémorables. Je l'ai toujours connu souriant, toujours volontaire et pourtant la pétanque n'était pas son domaine favori ... Je dirai même qu'il faisait souvent perdre son équipe mais comment lui en vouloir, avec son sourire permanent lol. Il ne venait pas pour gagner d'ailleurs...simplement passer un bon moment avec ses potes. On sentait qu'il était content d'être là au milieu du groupe et c'était réciproque. La dernière fois que je l'ai vu, il nous annonçait son départ pour la Corse, heureux de commencer une nouvelle aventure avec le club d'Ajaccio. On était tous contents pour lui, après ses déboires monégasques...
Je ne pourrais être là demain pour la cérémonie mais ma pensée vous accompagnera dans ce dernier hommage et ce moment douloureux.
Et il y aura toujours une pensée pour Fred lors de mes prochaines parties avec le groupe.
Salut Fred
Stéphane Castanier


Fred, c’est 100% Gentillesse – Bonne humeur – Générosité – Eclats de rires.
On peut toujours compter sur toi quand on a besoin.
Une anecdote ? Quand on avait 15 ans, à la neige à St-Véran, il a glissé sur mon oreille avec ses skis !!! Ca avait généré une belle partie de rigolade…
On a partagé le foot, des réveillons, de longues soirées de discussions, la 3ème mi-temps au McDo, des fous-rires, des virées en voiture…
C’est trop injuste …
Gilles Grane


Le coup de téléphone de ma mère samedi soir m’a plongé dans une tristesse infinie. J’étais dans la famille celui qui te connaissait le moins par l’âge, je ne jouais pas au foot et je me suis plus tard éloigné de la côte d’Azur. Mais ta présence chez nous était naturel et source de vie dans mon adolescence. Plus tard ma mère ou Gilles me donnait des nouvelles régulièrement. Je suivais ta vie autour du football et je t’apercevais quelque fois au Louis 2 à la télé avant match.
Je vois à travers les témoignages nombreux que ma famille n’avait pas l’exclusivité de ton affection ou de ta joie de vivre communicative. Je n’en suis pas surpris !
Je ne souhaite pas ternir ton image mais tu ne m’as jamais rendu mes 33 tours de KISS dont un double album que j’adorais (Alive 2). Tu me les rendras quand on se reverra mais rien ne presse.
J’ai le souvenir de vous avoir hébergé toi et Pascale à Alforville avant de vous déposer à l’aéroport Charles de Gaulle pour un séjour en Egypte. Pour ton retour Il y avait eu un crash d’avion à Charm el-Cheikh avec une majorité de Français. C’était la panique pour nous tous car nous ne savions pas si vous étiez encore là-bas. Gilles avait pu obtenir l’info que vous étiez rentrés le matin à Nice.
Je suis devenu depuis peu supporter d’une équipe que je ne connaissais pas sur une île que je n’ai jamais visité, les gaziers d’Ajaccio. Je ne les remercierai jamais assez de leur soutien et présence quand tu es parti et même après. Salut Fred
Jean-François

Fred, j’imagine qu’en te voyant arriver mon père devait être partagé entre la joie de te revoir et l’envie de t’engueuler d’être là aussi tôt ! Tu n’avais pas de traitement de faveur comparé à nous trois, ses enfants, preuve que tu faisais partie de la famille et preuve de toute l’affection qu’il te portait. Alors oui, même si on ne se voyait plus aussi souvent qu’on le souhaitait, tu étais et reste un membre de la famille, cela a été si facile et si plaisant de t’adopter. On en a passé des bons moments ensemble mais sincèrement j’avais largement la place d’en mémoriser encore plein d’autres, quel sale coup ! Tes éclats de rire claqueront toujours dans ma tête et dans mon cœur. Tchao mon Fred.
Sandrine Grane


Coucou mon Frédo,
Ouf !, c'est dur pour moi cousin, les mots sont difficiles, un moment douloureux, je suis triste de te voir partir, si vite, tu vas me manquer... Tu étais de notre famille, je garderais en mémoire tous ces souvenirs, ces fous rires que nous avions ensemble, tu nous as tellement apporté, je t'oublierais pas, tu resteras toujours dans ma mémoire et dans notre coeur. Repose en paix mon Frédo. On t'aime fort.
ton cousin.
Thierry Vitielli


Tu es parti trop vite. Ton sourire tes bêtises le son de ta voix va nous manquer. Tu avais toujours le mot pour nous faire rire. Je me souviens de nos Noëls a Monti où on rigolait surtout à l’arrivée des cadeaux. Tu nous avais fait mourir de rire trouvant toujours le mot les paroles pour que l’on passe de superbes moments. Malgré ta vie difficile tu étais toujours aussi souriant rayonnant nous communiquant ta gaieté. Nous n’avons pas eu le temps d’aller se manger notre couscous notre repas des amis de la famille. Tu faisais parti de notre famille et nous te t’oublierons jamais. On gardera dans notre cœur ta gaieté ta générosité le bruit de ton sourire tes bêtises à la pelle. Fais les rêver la haut comme tu nous as fait rêver. Donnes leur toute ta gaieté et n’oublies pas de continuer tes bêtises pour les faire rire. Retrouves ceux qui te sont chers la haut et celle que tu n’as pas eu le temps de t’occuper et de lui donner tout l’amour que tu nous as donné. Nous ne t’oublierons jamais. On te garde au fond de notre cœur. Tu vas nous manquer notre Fredo national. On t’aime tellement.
Sabine Vitielli